Judo Le Palais : site officiel du club de judo de LE PALAIS SUR VIENNE - clubeo

Suivre une compétition

De la pesée à la remise des médailles, suivez notre compétition de judo en intégralité.
L’occasion de mettre en scéne, à chaque étape, les situations d’arbitrage et de combat les plus fréquemment rencontrées, et d’apporter les informations qui favoriseront une meilleure compréhension de son déroulement : catégories de poids, temps de combat, rituels de salut, rôle des officiel...
9h00 : L’INCRIPTION

Toute compétition débute par la pesée, les compétition de judo se disputant parcatégories de poids (excepté en Toute catégories).

Les indispensables à glisser dans son sac de sport : 
- son kimono, sa ceinture, des zuri (claquettes), de l’eau, son passeport et une trousse à pharmacie pour les petits bobos.
- le passeport doit comporter au moins deux timbres de licence dont la dernière pour la saison en cours.
- le certificat médial, daté de moins d’un an, doit porter la mention "apte à la pratique du judo en compétition". Il peut être directement sur le passeport ou sur une feuille annexe.
9h30 : LE TIRAGE AU SORT

Le nom de tout les combattants d’une même catégorie de poids est saisi pour procéder ensuite à un tirage au sort informatique.
Le déroulement de la compétition pourra s’effectuer en poule ou en tableau suivant le nombre de participants.
En poule : par groupe de 6 combattants maximum, l’ensemble des participants se rencontrent chacun une fois. Le classement s’effectue au nombre de victoires (1 point par combat remporté) et les ex-aequo sont départagés en fonction du total des points marqués sur l’ensemble des combats (addition des koka, yuko, waza ari et ippon).
En tableau : c’est le principe de la qualification/élimination immédiate qui est suivi. A chaque tour, le vainqueur poursuit sa progression dans le tableau et le vaincu est éliminé. Ainsi, à l’issue de la finale, sont déterminées les places de 1er et de 2ème. Les deux vaincus lors des demi-finales terminent 3ème. Toutefois, particularité du judo, tous les combattants qui ont été écartés par l’un des quatre demi-finalistes sont repêchés. Ils s’affrontent alors sur le même principe d’une progression en tableau par demi-tableau. Le meilleur de chaque demi-tableau rencontrera un des vaincus d’une demi-finale pour désigner les deux places de 3ème.
9h40 : LA MISE EN PLACE DES OFFICIELS

Suivant la disponibilités des tapis, une catégories de poids est invitée à se présenter. Les arbitres appellent les combattants dans l’ordre du tirage au sort pour éviter les oublis. Pratique, cette procédure n’est toutefois pas obligatoire. Elle permet aux arbitres de contrôler les kimonos des combattants ainsi que lescombattants eux-mêmes.
Une fois les contrôles effectués, l’arbitre, ses deux juges et les commissaires sportifs se mettent en place pour débuter les rencontres. Arbitres et juges procèdent à un "tournus" tout au long de la compétition, une rotation qui permet d’avoir ainsi un arbitrage de qualité.
9h45 : PREMIERE RENCONTRE, le rituel des saluts

DEBUT DU COMBAT

- Pour distinguer plus facilement les deux combattants, le premier appelé portera une ceinture rouge ou un kimono bleu en compétition internationale. Le second portera donc une ceinture blanche ou un kimono blanc. Une répartition que l’on retrouve sur le tableau de marque dont la lecture devient ainsi plus aisée.

- Les judokas se présentent au bord de la surface de combat.

- L’arbitre les invite à entrer sur le tatami. Ils saluent le tapis.

- Ils avancent jusqu’aux rubans rouge et blanc... et se saluent.

- Ils avancent d’un pas gauche/droite... et attendent l’ordre de l’arbitre en position debout, pieds sur la même ligne.

- Hadjime ! Le combat commence.

FIN DU COMBAT

- Sore made ! Le combat est terminé. L’arbitre invite les combattants à se remettre en position initiale et donne sa décision (keichi).

- Les combattants reculent d’un pas droite/gauche... ils se replacent sur les rubans rouge et blanc... puis se saluent.

- Ils quittent le tatami en prenant soin de contourner les juges.
9h45 à 12h00 :

Les combats du tableau s’enchaînent jusqu’aux quarts de finales inclus.
12h00 à 14h00 :

Les combats continus par les 2 tableaux de repêchage où se rencontre les judokas ayant perdu face à chaque demi-finaliste.
14h00 : les 2 demi-finales.
14h30 : les places de troisième

Les 2 perdants des demi-finales rencontrent les gagnants des 2 tableaux de repêchage pour les places de troisième.
15h00 : finale.
16h00 : podiums et remise des récompenses.
Les temps forts d’un combat :

- Uke démarre une action en bordure. L’action se poursuivant hors de la surface de combat, le juge signale le franchissement irrégulier. L’arbitre annonce matteet signal avec son bras gauche au-dessus de la tête que l’action n’est pas valable.

- Le kimono de Uke est passé au-dessus de sa ceinture. L’arbitre annonce matte. Il replace les combattants avant de demander à Uke de se rhabillercorrectement. Hadjime, le combat reprend.

- Uke immobilise Tori, l’arbitre annonce osae komi. Au bout de 8 secondes, Tori saisit la jambe droite de Uke, l’arbitre annonce toketa, et Uke ne marque rien. Le combat n’évoluant pas, l’arbitre annonce matte.

- Tori lance une attaque sans réelle intention de faire tomber Uke. L’arbitre annonce matte. L’arbitre signale à Tori sa pénalité pour fausse attaque. L’arbitre désigne Tori et prononce shido pour lui attribuer sa pénalité. Uke est alors crédité d’un koka.

- Tori contrôle Uke en bordure de tapis, l’arbitre annonce osae komi. Uke entraîne Tori hors du tapis. Le couple n’étant plus en contact avec la surface de combat, le juge signale la sortie de tapis, l’annonce annonce matte. Les 2 combattants se relèvent et se remettent en place.

- Après un choc, Uke constate qu’il saigne du nez. L’arbitre annonce matte et demande alors l’intervention du médecin. Le médecin stoppe le saignement et le combat peut reprendre.

- Fatigué, Uke n’attaque plus. L’arbitre annonce matte. Il replace les 2 combattants et mouline ses bras en direction de Uke pour lui indiquer son absence d’attaques. L’arbitre désigne Uke et prononce shido pour lui attribuer sa pénalité. Tori est alors crédité d’un koka.

- Tori projette Uke sur ura nage. Le mouvement est spectaculaire... mais Uke se rattrape et parvient à ne retomber que sur les fesses. L’arbitre ayant logiquement pris en compte la nature de l’impact, et non l’amplitude du mouvement, annonce koka.

 

- Tori saisi la manche et le revers de Uke du même côté, et tient cette position plus de 5 secondes. L’arbitre annonce matte. Il replace les 2 combattants et décrit le geste de saisie sanctionnée. L’arbitre désigne Tori et prononce shido pour lui attribuer sa pénalité. Uke est alors crédité d’un koka.

+
+